Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Maëlle Colin

 

Étudiante 2è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

418 656.2131 poste 411378
maelle.colin.1@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Les systèmes physiologiques régulant l’engraissement printanier chez la grande oie des neiges.

Introduction

L’engraissement est nécessaire à la migration et d’autant plus important chez les espèces reposant sur leurs réserves endogènes pour se reproduire, comme l’oie des neiges. En 2020, la réduction du dérangement grâce au confinement semble avoir amélioré leur engraissement. L’endocannabinoïdome et le système endocrinien régulent la prise de masse en contrôlant l’homéostasie énergétique, la lipogenèse et le comportement. Leurs mécanismes et interrégulations sont étudiés pour leur rôle dans l’obésité humaine. L’objectif est de comprendre les rôles physiologiques de ces deux systèmes et leurs interactions au cours de l’engraissement naturel chez la grande oie des neiges. Les conditions uniques de 2020 permettront de distinguer si des changements physiologiques ont lieu en réponse à une diminution des perturbations. Le modèle d’étude permet de suivre un engraissement contrôlé et répété pouvant être mis en parallèle avec les connaissances médicales humaines actuelles.

Objectifs

L’objectif principal est de comprendre les processus physiologiques sous-jacents à l’engraissement printanier de la grande oie des neiges et leurs possibles interactions. Objectif 1 : Comprendre comment le système endocrinien et le système de l’endocannabinoïdome évoluent au cours de l’engraissement printanier et ainsi distinguer s’il existe une différence physiologique durant le confinement 2020, lorsque le taux d’engraissement était plus rapide que les autres années (LeTourneux et al., 2021) Objectif 2 : Lorsqu’un stress est induit, distinguer s’il existe une interaction entre les niveaux du système endocrinien et les endocannabinoïdes en fonction de la condition corporelle relative (engraissement en cours ou condition optimale atteinte).

Sites d'étude

La population d’oie des neiges, migrant entre les États-Unis et l’Arctique, réalise sa principale halte migratoire au Québec pour s’engraisser. Les oies se retrouvent majoritairement sur l’île-Aux-Oies, une île située dans le fleuve du St-Laurent, Québec, Canada. Elles séjournent donc sur cette zone entre mi-avril et fin-mai. On peut ainsi suivre leur engraissement de leur arrivée sur l’île jusqu’à leur départ migratoire vers leur site de reproduction en Arctique.

Matériel et méthodes

d’engraissement prémigratoire. Les oies sont capturées au filet à canons, baguées, mesurées. Chaque année, des prises de sang sont réalisées à différents stades d’engraissement, de l’arrivée des oies jusqu’à leur envol vers l’arctique. Ces prélèvements ont lieu en moins de 3min (concentration basale) et en plus de 30 min après la capture (proxy de la réponse au stress). Des mesures de masse, corrigées par la taille, permettent d’estimer le stade d’engraissement de chaque individu (engraissement en cours ou condition optimale atteinte). Les concentrations basales de chaque molécule (corticostérone et lipides) seront comparées entre les individus selon leur stade d’engraissement et selon l’année de confinement par rapport aux autres années. L’analyse de l’écart entre les concentrations basales et la réponse au stress permettra d’étudier l’interaction entre les deux systèmes et de distinguer si celle-ci change selon le stade d’engraissement.

Références

LeTourneux F., Grandmont T., Dulude-de Broin F., Martin M.-C., Lefebvre J., Kato A., Bêty J., Gauthier G. & Legagneux, P. (2021). COVID19-induced reduction in human disturbance enhances fattening of an overabundant goose species. Biol. Conserv., 255, 108968. Piazza P. V., Cota D.

 
 
Localisation du site de recherche
 
© 2023 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com