Profil

Morgane Le Goff
Étudiante 3è cycle
Département de biologie
Université Laval
morgane.legoff.1@ulaval.ca

Supervision par :

Steeve Côté (Membre régulier)

Co-supervision par :

Christian Dussault (Collaborateur externe)

Description du projet de recherche

Les interactions spatio-temporelles entre la tique d’hiver (Dermacentor albipictus) et l’orignal (Alces alces) dans l’Est du Canada

Introduction: Le réchauffement climatique a plusieurs conséquences sur les écosystèmes comme le déplacement de l’aire de répartition des espèces et le devancement des étapes du cycle vital de certains organismes. Ces changements peuvent affecter les interactions entre les espèces, notamment les interactions parasites-hôtes. Les variations dans les précipitations et les conditions atmosphériques pourraient être favorables à la tique d’hiver et donc être responsables de mortalités massives chez certaines populations d’orignaux. Ce projet vise à élaborer des outils qui permettraient d’anticiper les épizooties de tiques d’hiver et formuler des recommandations de gestion pour en diminuer les effets sur les orignaux. Objectifs: Ce projet vise à : Caractériser les micro-habitats propices à la survie de la tique d’hiver afin de créer une carte d’occurrence et d’intensité de la tique; Déterminer si les larves de tique d’hiver sont capables de survivre à l’hiver en l’absence d’hôte et quelle proportion d’un groupe de tiques se met effectivement en quête d’un hôte sur la végétation; Déterminer si les tiques du Québec et du Nouveau Brunswick peuvent s’adapter aux conditions locales de température et d’humidité; Éudier les budgets d’activité des orignaux selon leur degré d’infestation par la tique d’hiver pendant la période critique d’infestation; Comparer la sélection d’habitat des orignaux traités et non traités avec un acaricide pendant la période critique d’infestation par la tique d’hiver; Étudier la sélection d’habitat de l’orignal à l’automne en fonction de la probabilité d’occurrence de la tique d’hiver afin de dégager les facteurs favorisants la co-occurrence des deux espèces. Sites d'études: Notre étude portera sur des populations d’orignaux le long d’un gradient de latitude et de densité allant du sud du Nouveau Brunswick au nord du Saint-Laurent. Sur la rive nord du Saint-Laurent, nous étudierons des populations d’orignaux dans la Seigneurie de Beaupré à proximité de la Ville de Québec, et dans le sud-ouest du Québec proche de la réserve faunique de la Vérendrye. Sur la rive sud, nous étudierons des populations au sein de la réserve faunique de Rimouski, la ZEC du Bas Saint-Laurent et le parc national Forillon. Notre dernier site d’étude se trouve au sud du Nouveau Brunswick. Matériel et méthodes: Des veaux ont été et seront capturés en 2020, 2022 et 2023 sur les cinq sites étudiés. Les déplacements et l’activité de chaque veau sont suivis grâce à un collier GPS couplé à un accéléromètre et la charge de tiques est manipulée par l’application d’acaricide sur la moitié des veaux capturés. Ces données seront utilisées pour calculer les budgets d’activité des orignaux selon leur charge de tiques et comprendre leur sélection d’habitat via des RSF. Des tiques seront également prélevées sur nos différents sites par « flagging » pour en déterminer l’abondance et l’occurrence. Ces données sur les tiques et les données GPS des orignaux seront associées à des données environnementales (météorologiques et LIDAR) pour déterminer les facteurs influençant la co-occurrence entre la tique d’hiver et l’orignal. Enfin nous élèverons des tiques en captivité pour tester leur résistance à différentes conditions de température et d’humidité, selon leur provenance, et leur survie à l’hiver en nature. RéférencesSamuel, W. M. 2007. Factors affecting epizootics of winter ticks and mortality of moose. Alces 43:39–48. Samuel, B. 2004. White as a Ghost: Winter Ticks & Moose. Federation of Alberta Naturalists, Edmonton, Canada. Holmes, C. J., C. J. Dobrotka, D. W. Farrow, A. J. Rosendale, J. B. Benoit, P. J. Pekins, et J. A. Yoder. 2018. Low and high thermal tolerance characteristics for unfed larvae of the winter tick Dermacentor albipictus (Acari: Ixodidae) with special reference to moose. Ticks and Tick-borne Diseases 9:25–30. Addison, E. M., R. F. McLaughlin, P. A. Addison, et J. D. Smith. 2016. Recruitment of winter ticks (Dermacentor albipictus) in contrasting forest habitats, Ontario, Canada. Alces 52:29–40.

Coordonnées des sites de recherche

© 2024 Centre d'études nordiques - Tous droits réservés